The Next Attack--Pitallier?

Discussion in 'Road Cycling' started by B. Lafferty, Mar 6, 2004.

  1. B. Lafferty

    B. Lafferty Guest

    Check the mail in April for a letter postmarked from Georgia.
    http://fr.sports.yahoo.com/040306/202/3oifa.html

    Dopage: "Un tiers des coureurs ne joue pas le jeu", selon
    M. Pitallier

    TALMONT SAINT-HILAIRE (AFP) - Le président de la Fédération
    française de cyclisme, Jean Pitallier, a expliqué avoir
    durci son règlement antidopage car "un tiers" du peloton "ne
    joue pas encore le jeu", samedi en marge des travaux du
    congrès de la FFC à Talmont Saint-Hilaire (Vendée).

    "Il s'agit de mesures fortes. Je sais qu'il existe des
    coureurs tout à fait corrects, mais je sais aussi qu'un
    tiers d'entre eux ne joue pas encore le jeu. Ce sont des
    +coquins+ qui traînent par exemple des pieds pour aller
    chercher une lettre recommandée de convocation", a expliqué
    le dirigeant devant la presse.

    Le comité directeur de la FFC, a adopté vendredi, sous
    réserve d'approbation par l'assemblée générale, dimanche, la
    possibilité pour son président de suspendre à titre
    conservatoire, dans l'attente de la réunion de l'organe
    disciplinaire, un licencié faisant l'objet d'une procédure
    après un contrôle antidopage positif.

    "Les coureurs +propres+ doivent parler avant qu'il ne soit
    trop tard, a poursuivi M. Pitallier. Il faut des sanctions
    exemplaires contre les coupables, les trafiquants. Mais je
    n'ai jamais dit qu'il fallait mettre les coureurs en prison,
    sauf si ce sont des trafiquants".

    "L'affaire Cofidis n'est pas l'affaire du siècle", a
    toutefois estimé le dirigeant français.

    "Il faut que les patrons des équipes soient confiants et se
    plient aux mesures adoptées, ne traînent pas des pieds, a
    insisté M. Pitallier. Les coureurs étrangers appartenant à
    des équipes françaises sont soumis aux mêmes règlements que
    les coureurs français".

    "Nous sommes en phase avec le ministère pour effectuer des
    contrôles inopinés lors de stages, par exemple, des équipes,
    a détaillé le président de la FFC. Maintenant, on ne peut
    pas frapper à la porte du coureur chez lui, mais simplement
    le convoquer, c'est la seule solution envisageable".

    Concernant les soigneurs, devenus indésirables dans les
    équipes cyclistes qui devront à l'avenir faire appel à des
    personnels diplômés pour les massages, M. Pitallier pense
    que "dans les prochaines épreuves, après Paris-Nice, il y
    aura des contrôles à ce sujet".

    "Je sais qu'on va faire couler de l'encre, que le président
    de l'Union cycliste internationale (UCI), Hein Verbruggen,
    va certainement réagir", a conclu M. Pitallier.
     
    Tags:


Loading...
Loading...